Le Maître Hilarion

La voie du cinquième rayon

* Important: À partir du 31 décembre 2022 ce site sera fermer *

Tribulations et survie

 

PENSÉES DE PLANIFICATION POUR LA SURVIE

 

(Note du traducteur : Ce guide peut paraître excessif, mais dans un environ-nement où l’ordre n’existe plus, où la société est vouée à elle-même sans protec-tion civile, peut-être peut-on en extraire des éléments importants.)


Suite à des événements récents, tels que la guerre du Golf Persique, le terrorisme et les instabilités économiques, plusieurs individus et familles regardent d’une nouvelle perspective le mot redoutable qui commence par « S », la survie. Tout comme d’autres apprentissages, ces gens ont besoin d’une sorte de guide ou de plan pour naviger dans ces eaux inconnues. Je souhaite que cet article pourra donner des indices utiles à ceux qui sont nouveaux dans le domaine de survie. J’espère aussi qu’il apportera de nouvelles révélations aux autres qui ont dû forger eux-mêmes leur propre ébauche pour une préparation éventuelle dans ce vaste et complexe domaine.


Ce plan consiste en neuf points majeurs :
     La détermination
     Devenir et rester en santé
     Préparer votre budget en conséquence
     Développer des plans d’actions
     Avoir une trousse de dépannage
     Un plan pour la durée
     Obtenir de l’entraînement
     Pratiquer
     Ne pas le dévoiler

 

La détermination :
La première nécessité pour assurer votre longévité et celle de votre famille est la détermination. Vous devez vouloir survivre. Faites-vous des amis sur qui vous pouvez compter et qui, en retour, peuvent aussi compter sur vous dans un moment de crise. Ceci n’est pas un jeu, quoique la partie qui est reliée à l’entraînement pourrait l’être. Si nous voulons survivre en tant qu’individu, famille ou comme société, nous ne pouvons pas considérer ce sujet individuellement. La coopération la plus élevée sera néces-saire. L’enjeu est la vie ou la mort.
Plusieurs personnes prennent comme attitude : « Bien, si ceci doit arriver, je ne voudrais pas le vivre de toutes façons ! » Cette attitude est pratiquement la garantie de la défaite ou de la mort. Un père de famille, un mari ou une mère seule avec cette atti-tude condamne virtuellement sa propre famille à une destinée similaire.


Devenez et restez en santé :
Chaque personne dans une famille ou dans un groupe devrait compléter un exemain médical, dentaire et pour la vue. Découvrez vos faiblesses et vos limitations afin que vous puissiez les compenser au moment voulu, avant qu’elles vous prennent par surprise. Mettez à jour votre défence immunitaire contre le tetanos, l’hépatite et la rougeole. Si vous portez des lunettes, obtenez-en au moins une paire de plus ou si vous portez des verres de contact, soyez prévoyant en vous procurant une provision suffisante pour quelque temps, sinon gardez-en quelques-unes qui ont été utilisées au cas où vous en auriez besoin en urgence. Ayez aussi en main une quantité suffisante de solution nettoyante pour les verres de contact.


Efforcez-vous de mettre à jour votre santé dentaire le plus possible. Un mal de dent peut devenir un problème majeur même dans un temps normal lorsqu’un dentiste est disponible. Imaginez-vous avoir à prendre une décision importante lorsque vous êtes souffrant d’un mal de dent et que vous ne trouvez pas ou peu de dentistes pour vous aider en un temps raisonnable.
Assurez-vous que vos pieds sont en bonne condition. Un jour, ils peuvent être votre seul moyen de transport. Commencez à vous préparer en vous créant un pro-gramme d’exercice qui équilibrera votre force avec l’endurance et la flexibilité et maintenez votre programme régulièrement. La course à pied, la natation ou monter des marches sont d’excellents moyens pour garder en forme.


Prévisions budgétaires :
Prenez l’habitude d’acheter des surplus non périssables selon ce que votre budget vous permet. Soyez pratique ; établissez des priorités. Par exemple : mettez de côté environ 10$ par mois pour vos armes et munitions ainsi que des nettoyants (pour les gens qui connaissent ce genre de survie dans les bois). Un autre 10$ par mois pour l’habillement de survie, si vous n’avez pas ce genre de vêtement déjà en votre possession. Sachez qu’un habit trois pièces ou un accoutrement de tennis sont très limitatifs dans des temps de survie.


Mettez un autre 10$ par mois, ou même plus, pour de la nourriture de survie, des médicaments et tout ce que vous croyez avoir besoin lorsque vous êtes éloingnés de votre demeure. Si votre budget ne vous permet pas d’être aussi prévoyant, alternez d’un mois à l’autre pour chaque élément de prévoyance.


Il est important de faire des provisions régulièrement basées sur la prévention pour la survie ou d’y penser à chaque occasion qui se présente. Lorsque vous investissez dans la survie, vous devez considérer les points suivants :


1. Est-ce que vous en aurez vraiment besoin ? Est-ce que cette acquisition est légi-time ? Servira-t-elle strictement les besoins de survie, telle que la nourriture ?
2. Avez-vous la compétence de l’utiliser comme il se doit ? Serez-vous en mesure de le réparer s’il fait défaut ?
3. Est-ce que cet item est dépendant d’une source d’alimentation telle que l’électricité, le gaz, la chaleur ou l’eau pour fonctionner ?
4. Combien ou quelle quantité en aurez-vous besoin pour le faire fonctionner, et, pendant combien de temps prévoyez-vous vous en servir. (Voir le plan pour la durée).
5. Est-ce que ce sera pratique dans les conditions que vous anticipez, tel que pré-voir les bons vêtements pour les climats différents ?


Élaborez un plan d’action :
Vous devez discuter avec votre famille ou votre groupe les conditions dans lesquelles vous désirez opérer et où vous désirer demeurer. Que ce soit pour vous retirer dans un endroit plus sécuritaire, loin de la foule, ou pour vous battre, s’il le faut, contre un éventuel agresseur afin de vous déposséder de vos biens. Chaque membre concerné doit être en accord avec le plan final. Un dissident pourrait détruire toutes vos intentions, par exemple, en dénonçant vos intentions à d’autres personnes ou à un adversaire éventuel. Vous devez développer aussi des plans alternatifs pour couvrir des contingences variées comme celles qui ont déjà été mentionnées. Planifiez pour le pire cas et de là créez d’autres scénarios.


Ayez une trousse de dépannage :
Préparez-vous une trousse de survie pour une semaine au cas où vous devrez partir spontanément et gardez-la à jour. Souvenez-vous des priorités : un abris, de l’eau, de la nourriture, des médicaments, des armes contre d’éventuels agresseurs sans scrupules et des appareils de communications. Idéalement, vous devriez avoir plusieurs trousses ; une pour chaque membre de votre famille et pour le groupe, une autre dans chaque véhicule au cas où la crise se manifeste à un moment imprévu (comme c’est habituel) et une cachette plus importante de reserve loin de la maison, dans un endroit à l’abri des désastres et des pilleurs dans le cas où vous devrez quitter la maison de façon urgente, comme dans un feu, un tremblement de terre ou une guerre. Chacune de ces trousses ou cachettes doivent être en mesure de suppléer des trousses plus petites et ainsi prolonger leur utilité. Évitez de rendre votre trousse personnelle trop lourde pour vous empêcher de courir. Peut-être aurez-vous à la transporter sur une longue distance, rapidement.


Planifier pour la durée :
Essayez d’anticiper, tout en étant réaliste, combien de temps vous espérez survivre selon votre scénario. Ajoutez un peu plus à votre estimé comme tampon contre les im-prévus. Est-ce que vous souhaitez que votre scénario puisse vous soutenir pendant plusieurs jours (comme lorsque vous attendez des secouristes après une grosse tem-pête, un feu ou un tremblement de terre), plusieurs mois (comme par exemple, une interminable grève syndicale ou pendant la reconstruction après un désastre), ou des années (comme êtes dans une crise politique de dictature, une invasion étrangère ou la persécution) ? Essayez d’être réaliste dans vos préparatifs. Planifiez l’alimentation quotidienne par portion pour chaque personne, comme la quantité de calories et d’autres éléments nutritifs essentiels.


Faites des provisions d’eau potable en assurant une quantité suffisante pour cha-que personne quotidiennement et pour la préparation des repas, et en eau non filtrée pour les besoins sanitaires et l’entretien ménager. Il est suggéré aussi de prévoir pour la qualité de l’air lorsque vous prévoyez passer quelques jours dans un abri souterrain et les masques pour l’extérieur afin de filtrer l’air qui pourrait être pollué par les retom-bées de cendres d’un volcan en éruption ou par la fumée d’un feu gigantesque ou quelque chose de semblable. Il est aussi important de penser aux médicaments, sur-tout pour les gens qui ont à prendre des médicaments sous prescription et se munir d’une ou plusieurs trousses de premiers soins. Pour ceux qui prévoient se retirer dans la forêt pour survivre, il est bien de prévoir suffisamment de munitions pour les différentes catégories d’armes qu’ils ont en leur possession.


Certains des scénarios que vous devez envisager peuvent paraître improbables dans le contexte actuel mais, avec un regard ouvert sur le monde, sur la nation ou sur le voisinage, il est plus facile de voir les situations déplorables se développer rapide-ment. Ces situations d’urgence ne laisseraient pas de temps pour la préparation après l’incident. Vous pouvez remarquer, par exemple, qu’après un désastre, la plupart des gens réagissent souvent en se dirigeant vers les magasins les plus près afin de faire des provisions telles que nourriture, chandelles, boutteilles d’eau, piles et autres. Sou-vent, les gens s’impatientent de peur d’être laissés à eux-mêmes sans l’essentiel pour eux-mêmes et pour leur famille. Quelquefois, le tumulte et le pillage commence, et les gens se servent eux-mêmes alors que les gens qui ne se sont pas préparés prennent panique.


Votre objectif doit être de mettre de côté assez de réserves pour tous les membres de votre groupe pour la plus longue période possible afin d’être autosuffisants. Les gouvernements fédéraux suggèrent d’avoir au moins pour trois à cinq jours de réserves en main afin de tenir jusqu’à ce que des agences de survie puissent entrer en action.


Plus la crise sera sérieuse, plus la période d’attente des secouristes sera longue. Si vous le pouvez, ajoutez un peu de surplus pour des invités imprévus, qu’ils viennent d’eux-mêmes ou qu’ils soient des membres de votre groupe. Par exemple, si un membre de votre parenté vous rend visite lors d’une urgence, il vous faudra en tenir compte dans vos réserves.


Tout en étant pragmatique, vous ne devez pas abandonner votre humanisme com-plètement. Autrement, vous ne seriez pas mieux que les prédateurs qui vous font fuir. Toutefois, il y a une limite pratique au nombre de personnes que vous pouvez accueillir. Examinez cette possibilité avec votre propre conscience pour avoir un sens pratique sans vous culpabiliser.


Vous devez aussi préparer un plan pour la manutention des déchets de toutes sor-tes. Les fournitures essentielles telles que le papier de toilette, le savon et des moyens pratiques pour disposer des déchets sanitaires et les autres déchets de cuisines seront un problème majeur durant une situation de survie. Les produits et services que nous avons toujours pris pour acquis peuvent ne plus être disponibles.
Vous devez aussi prévoir coopérer avec la survie émotionnelle des gens autour de vous. Le changement brusque du niveau de vie, les luttes quotidiennes pour survivre prendront une part active dans la psychologie des gens si les émotions ne sont pas traitées rapidement et continuellement. Trouvez des choses telles que des jeux ou des projets pour soulager l’ennui. Donnez une tâche ou des responsabilités à chaque membre du groupe qui sont aptes à le faire. On peut apprendre même aux enfants à disposer des déchets, faire le guêt, aider à la préparation de la nourriture ou rassem-bler des vives.


Efforcez-vous aussi de continuer leur éducation, bien qu’elle puisse être sur une base différente. Trouvez des tâches pour lesquelles une personne doit étudier la situa-tion et apporter une solution. Faites des rencontres avec tous les membres de votre groupe et gardez-les informés sur ce qui se passe. Donnez des cours à chacun sur l’art de survie. Assurez-vous d’être toujours occupés afin d’éviter le désespoir qui pourrait être votre pire ennemi.


Prenez des cours :
Votre groupe devrait apprendre à utiliser des armes efficacement. La sécurité, l’entretien, la réparation et l’adresse au tir sont tous des éléments d’égal importance dans un contexte de survie. Il est important de suivre des cours donnés par des profes-sionnels dans ce domaine car les erreurs peuvent être fatales. De plus, chaque mem-bre devrait étudier les techniques d’auto-défense sans arme avec des instructeurs qualifiés. Ces techniques doivent être pour le combat et non pas pour les tournois.


Les tactiques sont aussi importantes à étudier. Apprenez à utiliser vos armes convenablement sous différentes conditions climatiques et différents environnements tels que la neige, la pluie ou la nuit. Il existe plusieurs écoles réputées pour ce genre d’étude. Plusieurs publications sont aussi disponibles et peuvent aider lorsque les mé-thodes suggérées sont pratiquées souvent.


Étudiez les premiers soins diligemment, car c’est le domaine le plus essentiel pour la survie. La Croix Rouge et les Ambulances St-Jean ont d’excellents cours élémentai-res et avancés de premiers soins. Chaque personne devrait être encouragée à prendre de tels cours. Se familiariser avec une médecine improvisée et avec de l’équipement de premiers soins serait aussi très utile dans certaines circonstances. Certains organismes offrent des cours en herbiologie, (folk medecine) et en plantes sauvages comestibles. Il existe plusieurs bons livres de référence sur ces sujets.


Une autre forme de médecine qui pourrait être intéressante est par la science des minéraux. Peut-être serait-il intéressant, pour les gens qui ont déjà des connaissances des premiers soins, de prendre des cours comme technicien d’urgence médicale et de faire l’expérience comme volontaire dans des organismes qui travaillent dans les do-maines ambulanciers et la sécurité publique. Non seulement vous contriburiez à une fonction vitale de la communauté, mais vous acquèreriez une expérience pratique d’une très grande valeur, une expérience de la vraie vie, une expérience de participa-tion qui ne peut être donnée dans un cours.


Rappelez-vous que, durant une crise, vous serez amené à faire ce que vous aurez appris à faire. Lors d’une crise, la première réaction d’une personne non entraînée est la panique. L’expérience pratique aide énormément à surmonter la panique qui accompagne souvent les désastres.
Les techniques de camp sont aussi un domaine inestimable à étudier. Apprendre à différencier, à utiliser, à couvrir et à dissimuler les éléments de survie. Apprendre à survivre à la campagne ou dans les boisés sauvages, comment trouver ou construire un endroit pour s’abriter, comment cueillir de la nourriture et ramasser de l’eau et la purifier, comment utiliser les bonnes méthodes sanitaires. Apprendre aussi les méthodes fondamentales pour se diriger et se retrouver sur le terrain inconnu et beaucoup plus encore.


La pratique :
Préparez des simulations réalistes avec l’équipement que vous avez et avec les gens qui feront partie de votre groupe ou votre famille afin de prendre une expérience de grande valeur et de cultiver la confiance à travailler ensemble. Sortez les incertitu-des de votre esprit maintenant pendant qu’il est relativement facile. Apprenez à recon-naître ce qui fonctionne toujours de ce qui ne fonctionne qu’en certains moments.
Pour ceux qui manie les armes, allez souvent dans les camps de tir, préférable-ment lorsque vous et votre groupe pouvez pratiquer sans être dérangés. Pratiquez sur des cibles en utilisant des tactiques. Apprenez des techniques de tir dans des situations réelles, comme dans des conditions climatiques difficiles, des cibles éloignées de différentes grandeurs. Apprenez différentes positions de tir et pratiquez des techniques intérieures, etc. Durant toutes ces pratiques, renforcez toujours avec fermeté les règles de sécurité pour le maniement des armes.
Comme technicien médical, vous pouvez travailler dans une ambulance ou dans une salle d’urgence afin de pratiquer et de vous habituer à la souffrance des autres. Certe, ce n’est pas plaisant, mais il est essentiel de surmonter le choc de voir quelque chose survenir soudainement, peut-être même à quelqu’un que vous aimez. Ceci vous permet de passer à l’action lorsqu’il est temps de traiter un patient plutôt que de perdre des secondes précieuses dans la panique. Avec la pratique, la réaction devient presque automatique et la confiance s’installe. Sans pratique, les aptitudes difficilement apprises se perdre graduellement.


Il serait bon d’adapter vos aptitudes de survie dans votre vie de tous les jours en les intégrant comme une partie normale de votre existence. Toutefois, n’allez pas à l’extrême, comme de marcher en public en portant vêtements de camouflage et muni d’un couteau de 25 centimètres à votre ceinture. Soyez discrets.


Apprendre à tirer, les pratiques de défenses corps à corps, les techniques médica-les ambulancières, confectionner ses propres vêtements, apprendre à faire sa propre nourriture et autres, sont toutes des qualifications qui, non seulement s’additionnent dans votre répertoire de survie, mais élèvent aussi la qualité de votre vie, car vous de-venez moins dépendant du « système » et plus confiants dans vos propres ressources. Apprenez à reconnaître les forces et les faiblesses de votre propre équipement, votre groupe et vous-mêmes. Sans pratique, ni efforts, vous ne perdez que votre temps et votre argent et, quelqu’un près de vous pourrait mourir inutilement.


Ne vous affichez pas :
Gardez vos actions et vos intentions pour vous-mêmes, le plus discrètement possi-ble. Vous risqueriez d’être découverts et de perdre tout ce que vous aurez accumulé par votre travail ou vous ramasser avec beaucoup de gens à votre porte au moment d’une crise. Même les gens que vous ne pouvez pas supporter et qui n’ont aucune valeur positive de survie seraient autour de vous. Si vous avez l’intention de prendre quelqu’un à charge, provisionnez aussi pour cette personne ou ces personnes.
Une dernière pensée : il y aura des prédateurs partout, alors les armes à feu peu-vent devenir, dans certains cas, l’ultime défense. Il faut les considérer dans la planification. Souvent, dans les grands désastres, l’ordre collectif n’existe plus et les autorités policières sont débordées et ne peuvent plus répondre à la protection des individus. C’est alors que règne la loi de la survie. Malheureusement, il y a eu tellement d’abus avec les armes à feu que les médias, en général, ont donné une mauvaise réputation aux groupes de survie et cherchent à discréditer ou à ridiculiser les mouvements de survie. 


Les équipes de survie devraient respecter les armes à feu et les considérer comme des outils pour protéger ce qu’ils ont à leur garde : leur vie, leur famille, leur maison et leurs provisions, et non pas comme arme de conquête.


Plus vous vous préparez, plus vous devrez être prêts à défendre ce que vous aurez acquis contre ceux qui ne prennent aucune mesure pour se préparer.


Source : ‘Planning for Survival’, American Survival Guide, novembre 1991.