Le Maître Hilarion

La voie du cinquième rayon

* Important: À partir du 31 décembre 2022 ce site sera fermer *

1304A

L’AUBE D’UNE NOUVELLE CONSCIENCE

RÉALITÉ SUBJECTIVE DE LA CONSCIENCE

(Première partie)

 

Conférence et canalisation données à Montréal

Le dimanche 29 septembre 2013

 

Par André DeLadurantaye

Bienvenue à la première rencontre de l’automne avec Maître Hilarion. Cette année, nous allons beaucoup travailler sur qui nous sommes. Les trois prochaines rencontres vont être quelque peu une suite logique des six rencontres que nous avons eues avec des thèmes spécifiques.

Aujourd’hui, je vais lire la mosaïque qui a découlé de ça cet été. Pourquoi nous avons eu ces thèmes avec Maître Hilarion et tout ceci nous aidera un peu à comprendre là où nous nous dirigeons. Le thème principal de l’automne est : L’Aube d’une nouvelle conscience.

Donc, il est certain que la plupart d’entre nous n’avons pas nécessairement mis en pratique les enseignements du Maître Hilarion, moi le premier. Ce sont des choses qui nous fascinent à prime abord, mais qu’on oublie souvent. Et maintenant, Il veut nous introduire dans la mécanique, quelque chose qui va nous aider. Je vais lire l’intention que le Maître Hilarion m’a suggérée sur le dépliant.

« Si nous cheminons spirituellement depuis de nombreuses années, il arrive un moment où nous devons prendre des décisions qui peuvent être contradictoires à notre zone de confort humain. On dit que le cheminement spirituel devient de plus en plus étroit et difficile. Il est certain que si nous voulons changer quelque chose dans notre vie d’une façon soudaine et dramatique, nous aurons un deuil pénible et contraignant à vivre.

« Le Maître Hilarion nous suggère une méthode plus douce et acceptable pour initier le changement que nous désirons amorcer. Ce changement doit être planifié, graduel et ressenti. Il est important de réaliser que les changements brusques et non ressentis ne durent pas très longtemps et découragent les bonnes intentions.

« Un porte-avion peut prendre plusieurs heures à se retourner à cent quatre-vingt degrés. De même, nos habitudes lourdes peuvent prendre plusieurs tentatives avant d’y voir un changement. Laissons la douceur et la patience avoir raison de nos résistances. Laissons le Maître Hilarion nous guider dans cette démarche importante et objective de notre destinée spirituelle. »

Alors, la première chose, c’est que nous avons trois thèmes qui s’imbriquent l’un dans l’autre comme des légos. Le premier thème sera comme une discussion ou un atelier. Nous allons travailler ensemble. Donc, le premier thème est : La réalité subjective de la conscience. Subjective veut dire quelque chose de personnalisé à nous : notre caractère, notre personnalité. Maître Hilarion dit que pour avancer vraiment sur un cheminement spirituel rapide, il faut objectiver cette conscience-là. Au lieu qu’elle soit subjective, elle devient objective. Nous allons voir un peu plus loin dans quoi on s’embarque.

La deuxième conférence, en octobre est : La transformation ressentie de la conscience. Donc, la première, on apprend qui on est et, avec une décision, nous voulons transformer là où on veut devenir, là où on veut être. Le Maître Hilarion va nous donner des outils pour ce faire.

Et, la troisième conférence, en novembre, sera : La réalité nouvelle de la conscience. Ceci signifie que nous aurons à opérer des changements et nous apprendrons à vivre avec cette nouvelle réalité. Alors, comme d’habitude, j’ai des textes que vous allez pouvoir recevoir à la pause.

Maître Hilarion veut que nous travaillions en profondeur d’une façon plus attentionnée et, en ayant les textes, on peut lire et relire jusqu’à ce qu’on comprenne. En fait, ça me plaît aussi parce que, en faisant mes recherches, j’ai beaucoup de plaisir avec Maître Hilarion.

Sans qu’Il soit trop humoriste, Il incarne beaucoup la joie de vivre et me rend aussi joyeux à travailler les enseignements. Tant que je pourrai avoir un cerveau clair, je vais le faire.

Donc, je vais faire l’introduction. Cette première partie est un peu une mosaïque que j’ai faite pour essayer de voir où les six thèmes, que nous avons vus, nous amènent.

Introduction :

Dans les trois rencontres précédentes, nous avons travaillé sur des thèmes qui, à première vue, semblaient dissociés les uns des autres. Toutefois, je sais, par expérience, que le Maître Hilarion ne nous amène pas n’importe où.

Alors, j’ai profité de l’été pour essayer de comprendre la pertinence de ces thèmes dans notre travail intérieur. Or, voici un résumé de ma contemplation ressentie :

L’effet Avatara : Projeter notre conscience humaine ordinaire dans le corps subtil de notre être supérieur et ressentir que nous sommes déjà cet être.

L’effet Pandora : Le pardon à soi-même qui libère l’espérance qui offre à l’homme la possibilité de s’améliorer dans les épreuves et l’adversité. L’espérance fait aussi appel à la force, à la dignité, à la beauté et à la transformation.

L’effet Mana : Mana est donc un aspect intelligent de l’activité dans les mondes incarnés. L’effet Mana reconnaît que nous sommes des dieux en potentiel, et que, en incarnation, nous devons nous efforcer de le devenir. C’est notre seule mission, notre seule raison d’être sur la Terre. Mana est un effet attribué au mental, donc par le fait même, aussi au désir. Et le désir mène nécessairement à la séduction des plans inférieurs de la matière.

L’effet Vivarta : Vivarta est un mot en sanskrit qui signifie littéralement tourner ou former une courbe gravitationnelle autour d’un centre (Ici, on se réfère à notre perception humaine illusoire de notre monde). Il s’applique aussi à la transformation, comme changer d’un état individuel à un état plus universel. C’est aussi reconnaître une réalité subjective comme le seul phénomène d’un monde en apparence illusoire dans une forme connue.

Il donne une forme illusoire ou apparente de la réalité. Effectivement, la multiplicité est une illusion. Cette perception de l’unité est tellement difficile qu’elle constitue le contenu même de la délivrance. La procession du multiple de l’UN est appelée VIVARTA (une transformation illusoire).

L’effet Chaitanya : Le mot « chaitanya » en sanskrit veut dire vivant dans le sens de la conscience éveillée et omniprésente. L’effet « chaitanya » est d’être sensibilisé à l’éveil de la vie dans tous ses sens, entre autre, se percevoir dans une existence vivante et consciente, pensante et active, et non inerte et inconsciente (comme le végétal), malgré que « l’effet chaitanya » existe aussi dans tous les règnes : minéral, végétal et animal.

L’effet chaitanya est l’imprégnation profonde de toute existence, peu importe la manifestation, par la Source de l’Intelligence Cosmique qui a créé ce mouvement par Sa Présence et Sa Grâce.

L’effet « chaitanya » est l’énergie subtile de l’Amour qui interpénètre toute la Création afin que tout ce qui arrive dans cette Création soit dérivé de l’Amour Universel. Imaginez, chaque brin d’herbe ayant la vie est nourri par l’effet « chaitanya ». Chacune de nos cellules qui composent notre corps est nourrie par l’effet « chaitanya ». L’immensité de tous les Univers est nourrie par l’effet « chaitanya ».

Après beaucoup de contemplation et de réflexion avec Maître Hilarion, j’ai reçu l’image que l’effet « chaitanya » est l’essence pure que la Mère Divine établit par Sa Présence dans la Création. Elle est la chaleur qui dérive du feu. Le feu est l’essence Père, et la chaleur est l’essence Mère. L’un ne peut exister sans l’autre.

L’effet Bouddha : Le mot BOUDDHA signifie « éveillé » ou une personne ayant réalisé l’éveil spirituel ou encore ayant transcendé la dualité pour atteindre la plus haute sagesse. Donc, l’illumination ne résulte pas d’une intervention surnaturelle, mais d’une attention particulière portée à la nature de l’esprit humain ; elle est donc possible pour tous les êtres incarnés.

L’éveil est la compréhension parfaite et la réalisation des quatre nobles vérités qui indiquent ce qui est essentiel de savoir dans l’effet Bouddha. Elles énoncent le problème de l’existence, son diagnostic et le traitement jugé adéquat :

  1. La vérité de la souffrance : toute vie implique la souffrance et l’insatisfaction.
  2. La vérité de l’origine de la souffrance : elle repose dans le désir et les attachements.
  3. La vérité de la cessation de la souffrance : la fin de la souffrance est possible.
  4. La vérité du chemin : le chemin menant à la fin de la souffrance.

Par définition, l’éveil est en rapport avec la sagesse et la prise de conscience avec sa propre nature de Bouddha, la nature essentielle de tout être humain. Il en convient que ceux qui sont éveillés ont la possibilité de se maintenir dans le monde sans toutefois produire de karma, par compassion pour les êtres vivants, qu’ils vont alors guider à leur tour vers l’éveil.

L’effet Bouddha est donc une vie individuelle dont le but est l’éveil, par l’extinction du désir égotique et de l’illusion, cause de la souffrance de l’homme. L’éveil est une base à l’action altruiste.

Alors, voyons maintenant comment ces thèmes forment une mosaïque qui donne du sens à la découverte de notre Divinité intérieure. D’abord, j’ai remarqué que les thèmes ne sont pas nécessairement dans le bon ordre.

Je vais commencer par l’effet MANA qui nous explique que nous sommes des êtres intelligents dans un monde incarné et que nous devons reconnaître que nous sommes des dieux en potentiel. Cet effet est attribué au mental. Donc, tout est mental dans notre devenir.

Alors, si tout est mental dans notre devenir, nous devons attribuer notre sort actuel à l’effet PANDORA qui est responsable de notre présence d’esprit dans l’adversité et les épreuves. Mentalement, nous nous sommes isolés nous-mêmes de l’espérance qui fait appel à la force, à la dignité, à la beauté et à la transformation.

Notre mental nous a conduits aussi à comprendre l’effet VIVARTA comme une réalité ultime alors que notre mental gravite autour d’une grande illusion que nous sommes individuels et que nous sommes séparés de l’Unicité. L’autre visage de l’effet VIVARTA est qu’il s’applique aussi à la transformation. Il nous permet de passer de la conscience individuelle à la conscience universelle. Se voir déjà un instrument du Divin est VIVARTA.

Pour s’en sortir, nous faisons appel à l’effet AVATARA, c’est-à-dire reprogrammer notre mental pour projeter notre conscience ordinaire dans un Corps de Lumière extraordinaire et ressentir la vie (Chaintanya) qui y réside.

Par ce ressenti, la vie devient CHAINTANYA, c’est-à-dire pleine de vitalité divine, cette énergie de la Mère Divine qui anime tout dans la Création. Sa Grâce et son Amour Universel sont les seules bénédictions utiles pour réveiller en nous l’effet BOUDDHA. Cet effet nous transcende de la réalité ordinaire de notre conscience à la Conscience de l’Unicité.

Bon… on a du travail à faire ! C’est le rôle des trois prochaines rencontres de nous guider vers la réalisation de :

  1. Qui nous pensons être à qui nous sommes vraiment.
  2. Comment initier une transformation ressentie pour réorienter notre conscience ordinaire vers une conscience universelle.
  3. Comment affronter notre nouvelle perspective de vie en étant un canal ressenti et actualisé pour la Divinité Universelle.

Et c’est ce qui m’amène à vous présenter le thème principal de la saison d’automne qui est :

L’aube d’une nouvelle conscience.

Premier thème : Réalité subjective de la conscience (29 septembre 2013)

Deuxième thème : Transformation ressentie de la conscience (27 octobre 2013)

Troisième thème : Réalité nouvelle de la conscience (24 novembre 2013)

L’exercice de ces trois thèmes tend à nous faire prendre conscience d’une étape évolutive de conscience envisagée pour nous donner un essor nouveau afin d’atteindre de plus hauts sommets dans notre cheminement spirituel. Le processus est de :

  1. Nous faire prendre conscience de l’aspect et des limitations imposées personnellement et volontairement à notre conscience actuelle.
  2. Nous donner les exercices nécessaires pour transformer l’aspect humain en profil plus élevé vers notre divinité.
  3. Nous diriger vers une alchimie psychique qui nous modèle à ce que nous pouvons ou désirons devenir : un être divin dans un corps humain. (Comme un Avatar)

Les thèmes que nous avons vus dans les trois conférences précédentes vont nous servir de points d’appui dans la compréhension du processus de transformation voulue et ressentie.

Alors, voici le sujet de notre première conférence de ce dimanche 29 septembre 2013

Réalité subjective de la conscience

La subjectivité est relative au sujet pensant. Elle varie selon la personnalité de chacun, ses principes, ses goûts, ses émotions, ses croyances et ses particularités. Elle est du domaine de la conscience, de l’inconscient et du moi personnel. Elle agit selon les impressions et les opinions personnelles de chacun.

La subjectivité est l’état de quelqu’un qui considère la réalité à travers ses seuls états de conscience. Elle est liée aux tendances ou aux opinions personnelles de celui qui perçoit à travers son état de conscience et sa relation avec la réalité.

Notre personnalité est confrontée à différents modes de subjectivité. Voici la description des principaux modes :

  1. La réalité subjective : On dit souvent qu’une personne est dans sa bulle. Son idée est fixée sur ce que l’on pense d’elle. Son monde est modelé selon ce qu’elle perçoit de lui à travers ses croyances, ses préjugés et ses expériences de vie. Son mental tourne autour des mêmes pensées, des mêmes idées, et il est difficile pour cette personne de changer quoi que ce soit dans sa vie.
  2. Le jugement subjectif : Un jugement est subjectif lorsqu’il reflète les passions, les préjugés et les choix personnels. On porte un jugement sur l’action ou l’apparence d’une autre personne selon nos propres valeurs, nos propres expériences. C’est en quelque sorte le jeu du miroir. Voici une petite histoire qui résume un peu le principe du miroir. Un jour, un chien entre dans un château alors que la porte avant était ouverte. Tous les murs dans le château sont recouverts de miroirs. Le chien se reflète dans un miroir et il croit que ce reflet est un autre chien comme lui. Il est agité et perplexe ; l’autre chien fait comme lui. Il est intrigué et passe dans l’autre pièce derrière le miroir et voit encore ce chien dans le miroir de l’autre pièce. Ce chien le suit partout où il va. Il jappe à ce chien qui lui retourne la pareille. Exténué de japper, il n’en peut plus. Il sort du château en étant furieux contre l’autre chien. La morale de l’histoire nous fait prendre conscience que nos reflets nous suivent partout à travers l’attitude d’autrui face à nous, et nous fait aussi réfléchir sur nos attitudes face à autrui.
  3. Les conceptions subjectives : se dit de ce qui se passe dans notre esprit, de ce qui est en nous. En général, c’est ce qui modèle notre personnalité. Nous prenons pour acquis que notre vérité est la bonne et que les autres ont une mauvaise perception de la vérité. Nous vivons selon un modèle qui nous plaît le plus sans égard à d’autres façons de vivre.
  4. Les opinions subjectives : ce sont des opinions basées sur nos expériences personnelles et limitatives selon nos croyances, nos préjugés et nos concepts. On a du mal à accepter une opinion qui n’est pas conforme à notre façon de voir les choses. Souvent, l’entêtement entre dans le scénario et des différends se créent. L’entêtement est la colonne vertébrale de la guerre. L’objectivité des opinions mène au dialogue et à la courtoisie.

Il y a bien sûr beaucoup d’autres modes de subjectivité, mais il n’est pas nécessaire d’approfondir davantage. Nous voulons simplement en saisir le principe pour notre étude.

Donc, j’aimerais travailler avec vous sur une méthode subjective, c’est-à-dire une méthode d’observation par la conscience sur la conscience. Au début, l’exercice prendra la forme d’une introspection pour que vous puissiez définir où vous en êtes avec votre conscience et sa relation avec votre vie, avec l’environnement qui marque votre vie et avec vos volontés ou vos désirs face à cette vie.

Les changements dans une vie ne sont possibles que par la prise de conscience de ce qui nous anime actuellement. Apprendre à connaître et à apprivoiser ce que nous voulons transformer pour nous engager dans une autre voix ou une autre destinée est d’une grande importance.

Les intérêts qui nous motivent peuvent être modifiés au cours du processus de changement de notre vie et de son environnement. Pour initier un processus de changement, il est nécessaire de recueillir certaines données pour établir et planifier ce qui doit être changé. Ce processus est l’introspection.

L’introspection est une forme d’évaluation de nos critères. Évaluer signifie :

  1. Recueillir un ensemble d’informations suffisamment pertinentes, valides et fiables.
  2. Examiner le degré d’adéquation entre cet ensemble d’informations et un ensemble de critères adéquats aux objectifs fixés au départ ou ajustés en cours de route.
  3. Suite à ces informations, prendre une décision.

Donc, l’évaluation prépare une décision. Celle-ci n’est bien sûr pas connue au départ (sinon, il ne servirait à rien d’évaluer), mais ce qui doit être connu, pour pouvoir orienter le processus d’évaluation, c’est le type de décision qui pourrait être prise au terme de l’évaluation.

Alors, nous allons travailler avec un exercice pré-mortem.

Exercice pré-mortem :

Lorsque nous vivons un événement important dans notre vie, nous avons l’habitude de faire un bilan post-mortem sur l’événement. Par contre, un bilan post-mortem de notre vie actuelle ne servirait qu’à corriger la direction de notre prochaine vie, ce qui nous serait inutile dans celle que nous expérimentons actuellement.

Donc, je vous propose de faire un bilan pré-mortem, afin de corriger maintenant le parcours que nous suivons selon notre personnalité. Tous nos parcours sont inscrits dans notre conscience subjective par le profil de notre personnalité.

Ainsi, pour faire une évaluation précise de qui nous sommes, il est essentiel de regarder tous les paramètres de notre personnalité.

L’exercice proposé est que nous prenions conscience de ces paramètres. Si nous voulons changer la personnalité qui nous colle à la peau, nous devons d’abord regarder où elle est au niveau de la conscience.

Alors, voyons par nous-mêmes, suite à une série de questionnements, et évaluons nous-mêmes la réponse qui nous peindra la vraie nature de notre personnalité.

Voici les questions et commentaires proposés :

(À noter que vous aurez une minute pour contempler chaque question. Soyez vrai dans vos sentiments face aux réponses qui monteront à votre esprit. À travers ce questionnement, votre subconscient sera sollicité et vous révélera des indices cachés depuis peut-être très longtemps.)

Alors voici les questions et commentaires associés :

  1. Êtes-vous satisfait ou satisfaite de votre vie actuelle ?
  2. Si oui, ne faites que contempler les questions qui suivent sans y attacher une trop grande importance mais, elles peuvent tout de même faire ressortir des insatisfactions qui ont été enterrées dans les profondeurs de votre subconscient. Alors, soyez attentif à ce qui remontera à la surface.
  3. Par contre, si vous êtes insatisfait ou insatisfaite de la façon dont votre vie se dessine, examinons ensemble quelques points importants qui pourraient vous maintenir au sol dans une évolution trop lente pour vous.
  4. L’émotion est ce qui fait le plus souffrir l’être en cheminement. L’obstacle le plus dommageable est l’attachement à nos valeurs subjectives.

Voici un premier point d’attachement qui peut vous faire souffrir :

  1. Est-ce que les gens autour de vous vous dérangent ou vous préoccupent ?
  2. Réfléchissez un instant pour constater votre état de conscience face à eux. Votre conscience est-elle subjective et conditionnelle, ou encore objective et inconditionnelle ? Réfléchissez à vos réactions !
  3. Est-ce que le malaise émotif que vous éprouvez vous empêche de vivre dans la tranquillité d’esprit ?
  4. Pour quelle raison êtes-vous si préoccupé(e) par ce que l’on pense de vous ?
  5. Un premier point de détachement à considérer : « Faites ce que vous avez à faire sans vous préoccuper de l’entourage. » (Bien sûr, sans nuire aux autres).
  6. Vous décidez de votre qualité de vie et non pas votre entourage. Soyez cohérent dans vos valeurs de vie. Ne laissez personne vous dérouter, même si, émotionnellement, vous avez de la pitié ou encore peur de blesser.
  7. Avez-vous peur de blesser votre agresseur verbal ?
  8. Si c’est oui, quelle importance donnez-vous à vos valeurs ?
  9. Sont-elles importantes lorsque tout va bien, mais lorsqu’un orage vous cause une perturbation émotive, en doutez-vous ?
  10. Travaillez sur la solidité et l’imperturbabilité de vos valeurs, peu importent les changements de situations, peu importent les perturbations venant de votre entourage.

Voyons le deuxième point d’attachement qui est le plus dommageable pour la santé mentale d’un être en cheminement.

  1. Est-ce que certains membres de votre famille vous dérangent ou vous harcèlent en jouant sur votre bonté ou votre compassion envers eux ?
  2. De même, réfléchissez un instant pour analyser votre état de conscience subjective face à eux.
  3. Rappelez-vous, vous êtes venu dans ce monde seul(e), et vous repartirez seul(e). Ce qui fait que, entre ces deux événements : l’arrivée et le départ, vous avez le choix ; grandir dans la sagesse et rembourser votre karma, ou méditer constamment sur les émotions provoquées par ceux ou celles à qui vous donnez votre pouvoir en accordant tant d’importance à ce qu’ils vous font croire ou pensent de vous. Alors, vous devrez recommencer votre incarnation échouée.
  4. Vous leur laissez le pouvoir de vous déranger parce que vous êtes influençable d’une façon émotive.
  5. Ici, nous avons un deuxième point d’évaluation important de notre conscience subjective face à l’attachement de ce que pense de nous notre famille.
  6. Le remède, c’est apprendre à transformer la subjectivité de notre conscience en objectivité, c’est-à-dire appliquer quotidiennement la petite phrase : « Rien de l’extérieur ne peut changer ma paix et ma quiétude intérieure. »
  7. J’aimerais raconter une petite histoire décrite par une personne réalisée : « Un jour, un passant, dans une merveilleuse forêt de l’Inde, fut témoin d’une scène un peu incompréhensible pour lui. Il voyait un saint accomplir des ablutions dans une rivière sacrée de cette région. Alors que le saint ressortait de la rivière pour reprendre ses vêtements, il rencontra un déséquilibré qui lui cracha au visage. Sans rien dire, le saint retourna à la rivière pour se laver de la souillure de ce déséquilibré. Le saint revint pour reprendre ses vêtements, alors le fou lui cracha à nouveau au visage. Sans dire un mot, le saint retourna à la rivière pour se laver de nouveau. Lorsqu’il revint, un homme qui avait observé cette scène demanda au saint : « Pourquoi n’avez-vous pas repoussé cet idiot de votre route ? » Avec un calme déconcertant, le saint répondit : « Croyez-vous que je peux balayer toute une vie d’austérité à cause de l’agissement d’un simple d’esprit ? »
  8. Trop souvent, nous sommes confrontés à des dilemmes qui ne nous appartiennent pas. Nous tombons dans un piège intelligemment orchestré pour influencer notre conscience subjective, c’est-à-dire pour confronter nos valeurs personnelles à celles de nos proches.
  9. Les émotions qui en découlent, peuvent créer des chaos dans nos sentiments et peuvent aussi drainer l’énergie vitale qui, parfois, freine notre parcours dans l’objectivité de la conscience.
  10. L’objectivité de la conscience c’est : Ne pas laisser votre entourage, quel qu’il soit, diriger votre vie. Laissez libre cours à votre destinée karmique de vous guider vers ce que vous avez accepté de vivre avant de vous incarner. Ne vous laissez pas distraire par les masques qui vous confrontent. Soyez vous-même et agissez comme si vous étiez seul(e) à déterminer votre route.
  11. Souvenez-vous de la règle d’or du karma : « Les autres ne changeront pas si vous ne changez pas vous-même d’abord, par attitude et par détachement. »

Voyons un troisième point d’attachement qui peut faire souffrir à la mort : la possession irrationnelle de biens.

  1. Êtes-vous obsédé par la possession de vos biens ? Avez-vous peur qu’ils soient volés ou réduits en cendres ou encore simplement endommagés par un visiteur indésirable, comme un enfant indiscipliné par exemple ?
  2. La possession est l’un des attachements qui empêche la plupart des âmes de se libérer de l’emprise de la terre. Trop souvent, les âmes restent près de leurs biens en étant témoins des manipulations de la succession ou de ceux qui en prennent possession.
  3. Il est dit qu’un individu qui possède un bien crée des filaments d’attachement entre le bien et lui, ce qui a pour effet d’associer ce bien à lui-même et à sa vitalité. Tant que l’individu possède ce bien, il est engagé à le nourrir par son énergie vitale par l’entremise de l’inquiétude de le perdre, par l’attention qu’il lui porte, par l’espace que ce bien prend dans son environnement et par la valeur sentimentale que ce bien a à ses yeux.
  4. Ce qui en résulte, c’est la perte d’énergie vitale qui vient du plexus du cœur et du plexus solaire vers l’existence de ce bien possédé par l’individu. Plus un individu possède de biens, plus son cœur est sollicité et drainé de son énergie, et devient dur émotionnellement.
  5. Pour éviter la subjectivité émotionnelle face aux biens que nous possédons, il nous faut être insensible à ce que notre karma décidera de ces biens. Nous devons les voir comme des objets prêtés pour un temps donné.
  6. Voici une histoire racontée par Og Mandino dans le livre intitulé : La Commission Christ. Un jour, on demanda à Joseph d’Arimathie : « Comment se fait-il que, en tant qu’homme riche et célèbre, membre du conseil Juif du Sanhédrin, vous dites être un ami intime de Jésus ? ».
  7. Sa réponse fut : « Je suis un ambassadeur de Dieu. Je ne gère que les richesses que Dieu m’a confiées. Le soir, avant de m’endormir, je remets ma charge à Dieu. Le matin au réveil, je remercie Dieu de me la confier à nouveau pour une autre journée. Je prends soin de faire croître la richesse que Dieu m’a confiée. Et c’est à Lui seul de décider ce qu’Il en fera. Si je suis dépouillé de ces biens demain à mon réveil, je saurai alors qu’il aura confié ces biens à quelqu’un d’autre et je n’en serai pas peiné pour autant. »
  8. Donc, pour transformer notre subjectivité face à nos biens en objectivité, nous devons nous détacher émotionnellement de ces biens avant de conclure notre incarnation. Sinon l’attachement à ces biens sera une souffrance supplémentaire dans l’entre-vie.

Maintenant, voyons un quatrième point d’attachement subjectif qui peut vous rendre arrogants face à la vie.

  1. Êtes-vous trop attaché à ce que les gens pensent de vous ? Êtes-vous super préoccupé de la perception de votre image par les gens de votre entourage ?
  2. Le meilleur remède pour contourner cette angoisse est de vivre votre vie avec sérénité, droiture et espoir pour vous-même et laissez tomber les valeurs qui viennent d’ailleurs. Ainsi, vous transmettrez votre intégrité par vos saines relations avec les autres sans vous soucier de comment on perçoit votre image.
  3. Un archer vise une cible lointaine. Il mire et laisse partir sa flèche. Il ne suit pas sa flèche pour voir où elle va tomber. Il est libéré de son action après le départ de sa flèche.
  4. De même, plus un individu est libéré de ces petites attentions subjectives, plus sa conscience est en paix. Dans cet état, il projette cette paix de l’esprit partout où il se trouve. Ses pensées deviennent celles de son Soi intérieur. « Dis-moi ce que tu penses, et je te dirai qui tu es. »
  5. Trop souvent, nous vivons notre vie en compétition et en comparaison avec notre entourage. Chacun de nous essaie de diminuer les écarts de nos agissements face aux autres pour la simple raison de ne pas être considéré comme bizarre ou trop différent des autres. Nous nous empêchons souvent de vivre à notre manière de peur d’essuyer une critique négative.
  6. Alors, pensons au mal que nous nous faisons et aux malaises que nous ressentons lorsque notre esprit est trop occupé par ce qui vient de l’extérieur de nos propres valeurs.

Ces points d’attachements subjectifs ne sont pas les seuls qui nous font souffrir. Plusieurs autres, plus légers peut-être, mais non moins souffrants, perturbant notre sérénité sont aussi nuisibles mais beaucoup plus subtils et dommageables.

Dans la pratique de notre cheminement spirituel, il est essentiel de prendre ressource dans les profondeurs de notre conscience, là où les autres n’ont pas accès pour nous dérober de nos valeurs, de notre paix de l’esprit, de notre bonté, de notre intégrité et de notre rapport d’amour et de compassion avec les gens et les éléments qui composent notre environnement social. Cette privatisation de nos valeurs est de la plus grande importance.

Prendre ressource dans les profondeurs de notre être ou de notre conscience, c’est agir avec le cœur et laisser les perturbations extérieures se manifester sans que nous en soyons affectés. Tout comme il y aura toujours des vagues sur l’océan, mais la profondeur de l’océan n’en sera jamais affectée. Nous aussi avons nos vagues de surface dans l’actualisation de notre conscience, mais nous devons apprendre à les gérer de manière à garder notre sérénité et vivre selon nos valeurs profondes de la vie intérieure sans égard à ce qui se passe en surface.

Exclure les effets des manifestions de vagues extérieures sur nos valeurs n’est pas une tâche facile. Ça demande beaucoup de courage pour refuser l’idéologie divergente de nos pairs. C’est un peu comme s’enfermer dans sa bulle. Mais, ne vaut-il pas mieux être dans sa bulle, à l’abri des psycho éducateurs auto improvisés qui tentent de nous dérouter par leur propos sarcastique ou de poursuivre notre voie sans se soucier des admirateurs qui font du bruit  dans les estrades ?

Nous n’avons aucun pouvoir sur les valeurs qu’autrui nous imposent. Par contre, les valeurs qui sont nôtres depuis la naissance sont celles que nous devons évaluer et changer au besoin selon notre nouvelle direction souhaitée. Seulement prendre conscience des valeurs qui nous sont imposées par la société par rapport à celles que nous avons expérimentées depuis de nombreuses vies, peut devenir un choc culturel et moral.

Notre but pour atteindre un avenir libéré semble, de prime abord, un peu utopique, c’est-à-dire presque impossible. La compréhension que nous avons de la vie est ce qui se jouera sur la scène de notre expérience. Si nous jouons à la fête, nous vivrons la fête. Si nous jouons au fatalisme, nous en subirons les conséquences.

Tout est une question de programmation de notre conscience. Nous sommes selon nos croyances, pauvres et minables ou riches et illuminés. La subjectivité de la conscience est à ce point précise à nous faire croire « qui » nous sommes et notre subconscient affirme.

La grande question se pose : Que sommes-nous venus faire sur la Terre sinon accepter d’évoluer et de faire grandir notre conscience pour devenir apte à jouer le rôle d’ambassadeur du Divin.

Les jeux ne sont pas encore terminés tant que nous aurons une volonté de grandir spirituellement.

Dernièrement, je me suis posé une question fondamentale et qui pourrait être aussi la vôtre : « Qu’est-ce que je désire faire dans ma vie durant les prochaines décennies ? »

C’est suite à cette question que le Maître Hilarion m’a suggéré les thèmes des trois prochaines rencontres.

J’ai maintenant 70 ans (2013), et je ne crois pas, sincèrement, avoir fait un virage majeur dans ma vie jusqu’à présent. Je me questionne très souvent sur la pertinence de ma vie. Ce questionnement me suit depuis les deux rencontres de 2009, intitulées : Que vas-tu apporter avec toi dans ta transition ? (Septembre 2009, cd 907), et Que vas-tu laisser en héritage après ta transition ? (octobre 2009 – cd 908)

Alors, plus je vois le temps passer, plus ces questions me semblent importantes dans ma croissance spirituelle. En réalité, ce n’est pas tant la croissance spirituelle qui me préoccupe, mais plutôt une prise de conscience de l’envergure que celle-ci peut prendre à mes yeux.

La conscience est avant tout universelle. Elle est l’Unicité dont nous croyons à tort nous être échappés. Pour sortir du schéma humain dans lequel nous pataugeons, il est nécessaire de changer notre état d’esprit humain et d’apprendre à se ressentir à nouveau l’enfant de la Création et de la Lumière. Le divin est en nous et nous n’avons qu’à le déterrer de nos valeurs profondes subjectives et de nous libérer de nos croyances humaines inadéquates pour finalement endosser les visions du Divin.

Nous vivons un drôle de rêve qui s’est polarisé sur l’expérience humaine dans les mondes du désir et de l’attachement. Pouvons-nous, à cet instant de notre vie, réaliser que cette réalité, que nous percevons, n’est qu’une illusion et qu’à notre réveil de ce rêve, nous serons conduits sur des plages de vie beaucoup plus lumineuses et sereines ?

Durant cette phase de notre incarnation, nous avons encore, heureusement, la possibilité d’y changer le dénouement. Notre mental est responsable de notre chute de conscience. Dans le silence, nous pouvons réentendre les cloches du divin se réaffirmer dans notre perception consciente afin de savourer les probabilités qui nous sont offertes.

La vie durant, nous choisissons de revivre ce que nous connaissons déjà depuis de nombreuses vies. Nous revenons sur Terre pour expérimenter encore et encore les mêmes tragédies humaines. Nous revenons souvent finir ce qui n’a pas eu de conclusion définitive comme régler des problèmes familiaux ou encore des dépendances émotives. Nous réchauffons incessamment la même soupe qui mijote depuis des millénaires et nous participons au carrousel des échanges karmiques familiaux. La familiarité des gens que nous connaissons déjà depuis de multiples incarnations, nous attirera sans cesse parmi eux tant que nous jouerons un rôle humain.

Pouvons-nous, aujourd’hui, arrêter ce film dramatique de l’attachement à ces souffrances émotives ? Dans la poursuite de notre incarnation, pouvons-nous changer de cassette et fredonner un air nouveau, une mélodie plus élévatrice ?

À nous seul(e) revient la décision d’en prendre la responsabilité.

Conclusion : Alors voilà pour la recherche. C’est un peu compliqué, la subjectivité de la conscience, mais tous ces critères, nous pouvons les développer par thème. Quand j’ai écrit le livre sur Compostelle, j’avais une page que j’ai insérée dans le livre qui décrit les qualités qu’on peut endosser. Je vais essayer de retrouver cette page pour vous la présenter plus tard dans une prochaine rencontre.

Cette page est une forme d’auto évaluation sur toutes les qualités au niveau personnel en indiquant le pourcentage d’évaluation. On peut faire cette auto évaluation environ une fois par année et, de cette façon, voir là où on a reculé ou là où on a avancé. Il est certain qu’il faut faire cette auto évaluation avec beaucoup d’objectivité et de sincérité, c’est-à-dire ne pas se tricher soi-même.

Ceci nous donnera une idée sur la définition réelle des caractères subjectifs par rapport aux caractères objectifs de la conscience. Je pense qu’il est important de savoir où on est objectivement et où on est subjectivement. Des particularités de la conscience dépendent beaucoup des événements que nous avons vécus. Si nous avons vécu des événements malheureux, nous avons toujours la crainte de les revivre, donc ça peut avoir l’effet d’augmenter une peur qui est peut-être irrationnelle, mais qui est là quand même.

Aussi, vu que c’est notre famille, nous avons peur de blesser, de voir comment les membres de la famille se retournent contre nous. La meilleure façon de leur donner raison et de les ignorer pour quelque temps, et un jour, ne sachant plus à qui faire jouer leur cassette, ils reviennent.

Alors, nous allons prendre une pause et on se voit tout à l’heure.

 

1304B

L’AUBE D’UNE NOUVELLE CONSCIENCE

RÉALITÉ SUBJECTIVE DE LA CONSCIENCE

(Première partie)

Cet enseignement a été reçu en état de transe profonde consciente par André DeLadurantaye le 29 septembre 2013 à Montréal, Québec, Canada.

André : Nous allons reprendre notre petite discussion. Il est bien certain que nous ne deviendrons pas des êtres détachés du jour au lendemain. C’est presque impossible mais, avec le temps, nous réussirons. Avec le Maître Hilarion, tout est possible ; Il est très patient. Ça fait longtemps qu’Il nous attend. Il est même prêt à nous accueillir, mais nous ne sommes pas tout à fait prêts à mourir.

Mais, Il peut aussi nous accueillir sans mourir. C’est un peu sur ce que je compte pour continuer, être en éveil sans mourir. Le thème est le même qu’à la première partie : La réalité subjective de la conscience.

Alors, laissons la place à Maître Hilarion

Voici Hilarion.

Bonjour, Je suis l’Énergie que vous appelez Hilarion. Merci d’être venus à cette rencontre pour commencer une nouvelle façon de voir comment la vie peut être différente avec une perception de conscience différente, adaptée à vos besoins les plus pressants, c’est-à-dire le bonheur, la tranquillité et la miséricorde octroyée par les Êtres de Lumière dans votre vie.

Il y a très longtemps, vous avez construit, par vous-mêmes, votre personnalité. Au début, elle était toute menue, maintenant votre personnalité a atteint un point tel que vous croyez fortement à votre individualité comme étant primordiale pour votre vie spirituelle. Aujourd’hui, les gens s’habillent de différentes couleurs, de différentes formes de vêtements, de différentes qualités et différents prix, bien sûr. De même, votre personnalité a été construite par vous selon des critères que vous avez choisis, vous aimez ou vous n’aimez pas, ceci est trop cher, ceci est moins cher, ceci ne me va pas, c’est trop petit ou trop grand.

Alors, vous jouez avec les différentes formes qui composent votre subjectivité. Les qualités subjectives diffèrent beaucoup d’un individu à un autre, mais lorsque vous commencez à aller vers l’intérieur de vous-même, vous découvrez que votre âme est la même que celle de votre voisin, avec les mêmes critères. Dieu vous a émanés comme des gouttes d’eau toutes identiques, sans plus de qualités ni défauts pour l’un que pour l’autre. Vous êtes un être lumineux et parfait à l’intérieur de vous et il vous est très difficile de reconnaître cet être, pourquoi ?

Vous avez une conception différente de ce qu’est la divinité à cause de votre personnalité. Votre individualité veut que le dieu que vous voulez endosser soit exactement de la couleur, exactement dans les critères que vous espérez le retrouver et c’est pourquoi vous ne pouvez pas avoir accès à cette forme d’Amour Inconditionnel, parce que vous êtes sur une autre longueur d’ondes.

Dans la spiritualité, les ondes sont toujours perçues comme quelque chose de personnel, de différent pour chacun, mais lorsque vous arrivez dans l’Amour Inconditionnel, tous les êtres se voient par le même œil, ils se voient dans l’œil de Dieu, dans l’œil de l’Unicité. Ainsi, ils savent que leur corps leur est prêté pour accomplir une mission. Ils auront des objets pour les aider, des outils pour travailler, mais, ils savent que ces outils, ces objets leurs sont prêtés pour faciliter leur fonction. Vous avez cela à constater dans votre vie, que vous n’êtes pas venus seulement pour faire l’éclairage sur vous-même, vous êtes venu comme ambassadeur du divin, mais vous avez oublié votre feuille de travail et vous ne savez plus depuis longtemps ce que vous avez à faire dans cette vie-ci. Vous voulez devenir quelqu’un qui laissera derrière lui beaucoup d’amour pour que vous soyez aimés en tout temps par votre descendance et par les gens que vous avez connus, mais n’oubliez pas que tant et aussi longtemps que vous aurez ces inquiétudes, ces angoisses, vous reviendrez avec eux et vous revivrez des séquences identiques, des séquences qui vous caractériseront comme elles se sont caractérisées aussi.

Tout est une question de résonance. Vous n’êtes pas dans le monde interlope, parce que vous n’avez pas ces vibrations, mais si vous aviez ces vibrations, il serait impossible pour vous de vivre autrement que dans ce monde interlope. La vibration trouve toujours sa compagne, sa résonance ; ainsi si vous êtes un être qui chemine tièdement, vous rencontrerez aussi des êtres qui chemineront avec vous tièdement. Je dis tiède, c’est-à-dire : «  je voudrais bien cheminer mais … mais j’ai peur de perdre quelque chose », c’est ce que je veux dire par tièdement. La voie spirituelle la plus rapide consiste à couper les ponts derrière soi, de dire que tout ce qui est en avant est nouveau et intuitif, tout ce qui est en arrière était raisonnable mais non utile pour votre croissance.

C’est la raison pour laquelle le Maître Jésus a demandé à Ses apôtres : « laissez derrière tous vos biens, laissez derrière vos bien-aimés, votre progéniture et suivez-Moi ? » Ils ont dû abandonner d’une façon farouche leurs attachements, mais ils l’ont fait. Ils l’ont fait parce qu’ils étaient préparés à cet événement et c’est pourquoi J’aimerais aussi vous préparer à la prochaine rencontre qui sera un événement de travail. Nous travaillerons avec le mental ; nous forgerons des outils avec le mental et, avec le mental, vous pourrez programmer votre subconscient. D’abord le déprogrammer de ce qui crée des attachements, le déprogrammer de ce qui crée des caractères subjectifs et reprendre de nouvelles valeurs objectives qui feront de vous un instrument du divin sans pour autant travailler dans l’amour conditionnel.

J’ai entendu une conversation, il y a quelques minutes, sur l’amour conditionnel, il est tellement puissant qu’il empêche vos dix mille soleils de rayonner à travers vous. Cet amour conditionnel est aussi enrobé par votre esprit qui est composé de la conjugaison de vos croyances, de vos préjugés, de vos opinions, des valeurs qui sont un peu personnalisées et d’autres ingrédients qui forment une coquille aussi dure que la lave durcie autour de la Terre. Vous avez à vous départir de tout ce qui est personnel, non pas par l’abdication, non pas par la négation de tout ce que vous avez, de tout ce que vous êtes, mais en reconnaissant où sont les sentiments et  leur valeur.

Chaque  personne sur cette Terre vit des émotions, et tant que vous aurez un corps, vous aurez des émotions. Certaines peuvent être négatives, d’autres peuvent être modérées et d’autres peuvent être joyeuses et libératrices, mais vous aurez toujours des émotions. À votre mort votre canal émotionnel s’éteindra avec votre corps, mais les émotions auront transformé vos sentiments qui survivront à votre vie.

Vos sentiments sont les valeurs qui reviendront dans un prochain corps, dans un prochain esprit, et c’est de là que vous aurez à composer votre nouvelle personnalité, elle sera subjective ou objective, ou un mélange de tous ces ingrédients. Vous aurez peut-être appris quelque chose, peut être que vous aurez avancé d’une marche, ou de trois marches, peut-être que vous aurez reculé d’une marche ou de plusieurs dans la vie, mais vous le saurez seulement lorsque vous aurez réalisé la symbiose de tout ce que vous avez vécu non seulement dans la dernière vie, ou dans celle-ci mais les autres vies vous rejoindront aussi pour cette évaluation.

Ce sera une forme d’introspection qui sera utile pour votre autoévaluation pour préparer votre nouvelle incarnation. Certains aimeraient bien ne pas revenir sur cette Terre, mais sachez que tant que vous aurez du karma avec la Terre vous serez liés à elle, parce que la Terre a aussi un corps émotionnel, qui est au diapason avec le vôtre. Vous avez une partie de vous dans la Terre et ces deux éléments ne peuvent pas se séparer, vous pouvez tirer l’élastique à l’infini, mais il ne peut pas se casser. Alors, vous reviendrez tant que vous ne serez pas libérés de l’émotion que vous avez créée pour elle, pour cette Terre qui vous aime, qui vous a conçu, qui vous a vu émerger. La Terre a aussi une conscience et des corps subtils, la Terre vous entend la supplier ou la maudire ; la Terre fait partie de vous intérieurement.

Elle est aussi une Mère qui vous a mis au monde ; tous les éléments qui composent votre corps lui appartiennent, et, tous ces éléments lui reviendront. Espérons que ce que vous laisserez derrière vous pour le lui remettre sera d’autant plus élevé, ainsi vous aurez contribué à élever la vibration de l’ensemble de la masse terrestre qui sera utile pour des valeurs primaires des autres corps en construction.

Vous savez, tout comme l’histoire du miroir, vos reflets vous suivent partout, de même ce que vous pensez être est aussi un reflet. Je vous raconte une évaluation psychique, d’un de vos commanditaires, c’est-à-dire une expression que vous regardez lorsqu’il y a des commerciaux à la télévision. Vous voyez une personne dans un grand magasin qui fait des achats et, rendue à la caisse, elle voit que le prix est inférieur à ce qu’elle s’attendait. Elle croyait sincèrement que la caissière s’était trompée.

Elle est sortie en courant pour avertir son mari de démarrer l’auto pour déguerpir au plus vite. Alors que les prix étaient réduits légitimement. Dans sa tête, cette dame a créé un tort qu’elle aura à subir. Elle croyait sincèrement voler le magasin. Vous voyez comment la conscience peut être subtile ; vous voyez comment la vie peut être traitée. À certains égards, votre mental peut vous sauver ou vous tuer. Et ceci depuis votre début d’incarnation en incarnation, vous avez concocté des bonnes idées, mais aussi de fausses idéologies qui sont collées à vous depuis des vies et des vies et c’est là que nous aurons à regarder comment travailler ces idéologies et c’est pourquoi le canal vous a demandé de créer un espace d’écriture que vous aurez à travailler, peut-être jour après jour selon votre choix.

Plus vous le ferez souvent, plus la transition sera rapide, à comprendre comment éduquer un mental qui s’aligne sur le divin ou comment s’abstenir du divin pour continuer à entretenir vos racines dans la colonie humaine. Je dis « colonie » parce que vous êtes toujours en expérimentation ; vous êtes toujours en transformation et vous colonisez votre mental petit à petit. Mais, il y a d’autres façons de voir par l’imagination, par la visualisation. Regardez qui vous êtes maintenant et regardez qui peut vous attaquer au niveau des critiques. Mentalement, formez un bouclier qui sera étanche à toute critique. Ce bouclier peut être, vous le dites à vous-même bien sûr : « Je suis un ambassadeur inconditionnel du divin, ce que je vais faire au nom du divin passe par moi, mais ne s’attache pas à moi. Mes valeurs sont celles du divin, détachées, sereines et pures. Ce que je ferai aujourd’hui sera pour le divin et pour nul autre dans la Création. »

Si vous avez, par exemple, à transmettre quelque chose à une personne qui vous critique, non seulement transférez-le à elle, mais aussi transférez une grosse bulle de Lumière qui passe par vous, non pas pour l’étouffer, mais pour l’éclairer. Éventuellement cette Lumière continuera à travailler sur sa conscience, et le jour où vous penserez à elle, à ses critiques, voyez ses critiques mentalement fondre par cette Lumière, et alimentez continuellement cette Lumière de votre Amour Inconditionnel.  Chaque fois que vous penserez à elle, pensez que dans la bulle de Lumière, elle est en train d’être en thérapie et vous verrez des résultats assez rapides. Peut-être pas demain, peut-être pas le mois prochain, mais vous verrez que, graduellement, cette personne se détachera de l’importance qu’elle se donnait face à vous. Pourquoi ?

Parce que vous aurez lâché prise sur l’importance que vous lui aviez donnée par ses critiques, par la personnalité qu’elle dégageait, elle avait un pouvoir sur vous et vous aurez laissé tomber tout ce que vous pensiez être négatif venant de cette personne. Vous aurez transformé sa vie, peut-être en quelques secondes, peut-être en une année, peu importe. Le temps n’est pas important ici, c’est ce que vous ressentez à l’intérieur de vous.

Soyez sincères avec vos dons psychiques et réfléchissez toujours aux conséquences positives que ceci vous apportera. De même pour vous, lorsque vous êtes en face d’un dilemme, que ce soit une situation ou un état d’être que vous n’aimez pas ou peut-être quelque chose qui vous arrive par surcroît, que vous n’attendiez pas et qui vous met dans un état de questionnement, de même branchez-vous sur la Source dont vous êtes l’ambassadeur ou le canal et faites pénétrer votre Lumière qui passe par vous vers cet élément et, mentalement, voyez cet élément changer, se transformer en ce que vous voulez le voir devenir. C’est cela la création. Lorsque vous aurez des déceptions, des factures par exemple, des choses qui vous horripilent, faites la même chose, envoyez de la Lumière. Peut-être qu’au début vous ne verrez aucun effet, mais persistez. Ceci vous apprendra à canaliser la Lumière d’une façon beaucoup plus automatique, d’une façon beaucoup plus constructive. Ainsi, peu à peu vos critiques tomberont.

Lorsque les Grands Maîtres disent : « lorsque vous verrez Dieu dans l’œil de chacun, vous aurez transcendé votre subjectivité ». Ainsi, votre personnalité sera dépouillée de ses caractéristiques négatives, et vous endosserez, par votre personnalité, le savoir et les connaissances du divin. Votre Soi Supérieur sera touché et il rentrera en vibration avec vous d’une façon subtile, mais fort présente.

Pensez toujours que vous avez ce pouvoir de canaliser cet Être que vous appelez l’Absolu. Il veut être partagé ; Sa Création est pour vous. C’est votre champ pour jouer, pour planifier, pour construire. C’est votre champ pour trouver le bonheur, alors, canalisez-Le à travers l’Amour Inconditionnel pour les autres, et vous verrez que le reflet se tournera vers vous.

Vous savez, si le chien avait été intelligent lorsqu’il est retourné derrière le miroir et qu’il a revu son reflet, il aurait dû comprendre que ceci ne lui appartenait pas, que ce n’était qu’un reflet et il serait sorti pour dire : « c’était une illusion ». C’était illusoire qu’un chien me jappait après, ces mouvements que je croyais être les miens étaient illusoires.

Alors, prenez conscience que tous les reflets que vous propagez à l’extérieur de vous vous appartiennent et que vous voyez les autres comme si vous les nourrissiez de votre négativité. Vous vous objectez contre leurs valeurs. Leurs valeurs ne sont pas les vôtres et cela crée des différends ; envoyez de la Lumière dans ces différends. Vous pouvez l’appeler la Lumière Christique, le prana guérisseur, vous pouvez l’appelez comme vous le voulez, mais pensez que cette Lumière vient de votre Soi qui est rattaché à l’Unicité.

Votre Soi n’a pas quitté l’Unicité, il ne l’a jamais quittée et il ne quittera jamais l’Unicité. Seule votre conscience se perçoit dans la séparation. Alors, augmentez la Lumière de votre conscience par des travaux imaginaires. Imaginez n’importe quoi qui va vous faire prendre conscience que vous êtes toujours l’enfant du divin, que vous n’avez jamais été orphelin. Soyez attentifs à tout ce qui se passera autour de vous, mais soyez surtout généreux et généreuse dans votre gratitude. Lorsque vous recevrez des bénédictions pour autrui remerciez la Source, remerciez aussi pour celui ou celle qui reçoit ces bénédictions. Les portes seront ouvertes de plus en plus grandes pour vous, rappelez-vous, cela fera un an dans quelques mois, en décembre vous êtes passés sur le seuil principal de la Porte des Étoiles, cette porte sera encore ouverte pendant de nombreuses années et vous avez le choix de partir de cette incarnation illuminé.

Demandez cette Lumière. Le centre de la galaxie émet pour l’instant un Rayon aqua (ou encore turquoise). Demandez de percevoir une parcelle de ce Rayon. Ce Rayon est en train de construire un autre Univers, une autre dimension, la treizième dimension qui verra le jour avant la fin de l’ère de fer que vous vivez, ou l’Ère de Kali. Ce rayon vous aidera à vous polariser du bon côté de la vie et vous aurez beaucoup de difficultés à être négatifs après avoir été imprégnés de ce Rayon.

Maintenant, J’aimerais vous amener dans une forme de méditation pour prendre conscience de l’importance de qui vous êtes, peu importe comment vous êtes maintenant. Vous savez, vous ne voyez que le manteau de vous-mêmes par ses caractéristiques subjectives, mais à l’intérieur de vous, l’Amour existe, l’Unicité existe. Allons voir.

Prenez une position confortable, soyez relaxe, pensez à lâcher prise, oubliez pour ce moment que vous êtes un être humain ; oubliez la perception de votre existence physique, cette perception prendra soin d’elle-même au retour.

Maintenant, descendez votre conscience de votre tête dans votre cœur. Imaginez descendre sur un escalier qui tourne en spirale. Chaque marche que vous descendez vous amène de plus en plus profondément à l’intérieur de la grande mer de conscience. Tout comme lorsque le plongeur ou le scaphandrier descend dans l’eau, il voit de moins en moins la lumière de la surface, il ne voit plus les perturbations de la surface. Il s’approche des profondeurs de son être, dans son cœur, il y a la paix, la sérénité et la perfection.

Au bas de l’escalier, vous ouvrez les deux grandes portes qui vous permettent d’entrer dans le temple intérieur. Vous voyez l’intérieur d’un grand temple, tout lumineux de la couleur vert émeraude : la lumière est tamisée. Vous n’entendez aucun bruit, vous ne percevez pas les vibrations des pensées des autres, c’est un silence total, mais vous entendez un appel, l’appel de l’âme. Votre âme veut vous connaître, elle veut se sentir présente dans votre vie, pour expérimenter des caractéristiques objectives.

Pour chaque défaut que vous vous trouvez, pensez à la qualité correspondante opposée, par exemple, si vous avez de la colère à certains moments pensez à la compassion, à la douceur, pensez que vous êtes venus pour construire, pour embellir et pour bénir. Pensez que vous avez ce pouvoir à l’intérieur de votre cœur. Votre cœur est un centre d’énergie par lequel vous êtes connectés à tous les êtres dans l’Univers, c’est par ce cœur que vous faites UN avec le cœur de vos voisins, et dans ce cœur, il y a la similitude, il y a la perfection, il y a l’Amour pur.

 Lorsque vous regardez le cœur de votre voisin, vous voyez des reflets de la divinité en lui, tout comme ces reflets sont aussi en vous. Pensez toujours que vous êtes dans cet état de béatitude ou de félicité parce que vous l’avez choisi. Vous avez choisi de faire descendre vos pensées dans la profondeur de l’océan de votre être, de votre conscience. Laissez les vagues à la surface frapper les rochers, même renverser un navire, peu importe, vous n’êtes plus là, vous êtes dans la Conscience Divine et toutes ces perturbations ne sont qu’illusions ; Dieu ne les voit pas, Il est dans la profondeur et tout ce qui se manifeste par l’esprit de l’homme, Il ne le voit pas, c’est comme s’Il regardait dans une direction où il n’y a que la Lumière. Il n’y a plus de modification de la réalité, elle est UNE, Unique, vous êtes maintenant dans cette Unicité.

Maintenant, à travers cette Unicité, vous avez des pouvoirs, tous les pouvoirs de la divinité sont vôtres, croyez en ces pouvoirs, servez-vous en. Si vous ne vous en servez pas, comment pouvez-vous aider votre humanité, vos expériences. À chaque fois que vous aurez des problèmes, laissez les vagues jouer en surface et descendez dans cette Lumière et, de l’intérieur, projetez la Lumière de votre science de guérison vers ces perturbations de la surface pour qu’elles cessent, pour que ces perturbations vous quittent et que vous trouviez une eau calme.

Lorsque vous reviendrez dans votre monde incarné, après vous être imprégnés de cette Lumière, bénissez ce monde de l’incarnation et votre environnement avec cette Lumière ; inondez-la le plus souvent possible. Donc, plutôt que de répondre à une critique qui vous a été adressée injustement, revenez dans ce canal de Lumière et projetez votre Lumière sur cette situation ou cette personne qui transportait ce faux cadeau.

Le Maître a dit : « aimez comme Je vous aime, aimez-vous les uns les autres et, par surcroît, aimez vos ennemis ». Donc, ces personnes qui vous contrarient vous livrent des cadeaux que vous avez laissés et oubliés dans d’autres vies, mais vous avez à en prendre conscience. Prenez en conscience d’abord en les touchant par votre Lumière pour neutraliser les effets nocifs qui peuvent s’en dégager.

Un jour, vous-même serez Lumière parce que vous aurez accepté de vivre l’Amour Inconditionnel. Vous savez, pour monter une échelle, vous avez à gravir une marche à la fois au risque de mal placer votre pied et de vous blesser. Soyez prudents lorsque vous mettez le pied et où vous mettez le pied. Soyez attentifs à la pression que vous mettez pour monter votre poids ; soyez conscients de l’activité que vous êtes en train de faire, et faites-le dans la Lumière, dans votre Lumière.

Lorsque vous marcherez le soir sur le trottoir, voyez-vous illuminés, imaginez être dans une bulle de Lumière bleue électrique, votre prana. Plus vous penserez à cette Lumière, moins les besoins se feront sentir, et un jour peut-être, selon certaines rumeurs, que vous avez sûrement entendues, vous vivrez de Lumière, vous le ferez parce que vous vous serez préparés. Bien sûr, ceux qui essaient de vivre de Lumière sans cette préparation ne pourront que faire du tort à leur corps et aussi à leur esprit. Allez-y graduellement. Certaines personnes ont compris le secret pour ne pas devenir obèses tout en mangeant ce qu’elles veulent, elles mangent peu à la fois et l’estomac ne grandit pas parce qu’il n’y a pas de surcharge, et ainsi, elles n’ont pas besoin de la chirurgie bariatrique. Vous mangez à votre faim mais ces limites sont imposées et vous font du bien.

C’est la même chose avec la Lumière, faites-le souvent mais n’essayez pas de prendre la Lumière comme remède pour toutes les situations d’une façon instantanée, ceci n’arrivera pas.

Bien des Maîtres sont là autour de vous présentement pour vous offrir leur soutien, leur support, leur bâton de pèlerin, et peuvent devenir ce bâton de pèlerin pour vous. Faites appel à eux. Selon les Maîtres Ascensionnés dans la Lumière, aucun n’est trop occupé parce que l’Unicité va au-delà de l’illusion. En tant qu’Hilarion, Je suis partout, dans le cœur de chacun vivant sur cette Terre ou désincarné pour des siècles et des siècles, mais le percevez-vous ?

Le Christ est là aussi, Mère Marie est là aussi, Saint Germain, l’Archange Michael. Ils sont tous Un, mais pour votre compréhension, ils semblent individualisés, parce qu’ils ont accepté d’être identifiés. Mais leur identité est objective, elle est là pour la forme, pour vous supporter, pour vous faire comprendre qu’ils sont là. Alors, pensez toujours que vous êtes un être illuminé, et vous découvrirez vraiment qui vous avez toujours été.

Et cela n’est pas une torture, mais le chemin du retour. C’est comme l’histoire de l’enfant prodigue, le Père vous attend les bras ouverts, sans conditions. Toutefois, il faut apprendre à votre être à recevoir cette vibration de Lumière. Alors, changez graduellement cette vibration de subjectivité en objectivité, mais positivement, sans cesse. Parce que le chemin que vous allez parcourir dans l’Univers est infini. Aujourd’hui, vous êtes étudiants, demain vous serez des Maîtres, après-demain vous serez des ambassadeurs des étoiles, et après après-demain vous serez peut-être un habitant du Soleil. Qui sait ?

Les habitants du Soleil sont très près de Dieu. Ils ne connaissent pas la dualité. En fait, c’est leur présence qui fait briller l’astre ; ils sont des milliards. Les vibrations super élevées de leur présence, font que le soleil est allumé, c’est leur rayonnement. Dans votre dimension, vous ne percevez que chaleur et lumière, d’une gamme de vibrations dans les plus basses. C’est pourquoi, parfois la chaleur étant inconditionnelle, peut vous réchauffer pour le confort ou elle peut vous brûler pour disparaître. Vous avez le libre arbitre d’être là où c’est confortable pour vous.

Mais, dans les hautes sphères, dans la cinquième dimension en montant, il n’y a plus de peur de brûler, parce qu’il n’y a plus de dualité ni de karma. De même, allez au-delà de l’amour conditionnel, et entrez dans l’Amour Inconditionnel. Soyez un canal pour le divin, et vous ne créerez plus de karma. Vous n’aurez plus cet élastique qui vous ramène constamment dans la conscience émotionnelle de la Terre.

Lorsque vous quitterez la Terre, vous aurez le choix d’aller voir les ancêtres sur Sirius, sur Arcturus. Toutes les planètes qui sont autour des grands Soleils sont habitées, et vous avez de multiples générations anciennes qui y résident. Vous savez, l’esprit d’un Soleil a d’abord été un esprit humain. Vous aurez peut-être l’occasion de devenir l’esprit d’un Soleil ou d’une galaxie dans tout votre parcours dans l’infinité, parce que, se reposer n’existe pas au-delà de la dualité. C’est la joie continuelle, le développement de la béatitude, qui est infini.

Maintenant, reprenez conscience de là où vous êtes, dans votre cœur présentement, là où il y a plein de Lumière, là où il y a plein d’Amour, là où il y a plein de choses possibles à créer.

Maintenant, remontez à travers vos chakras vers votre tête pour revenir vous asseoir sur le siège de la conscience du Père. Vous êtes  assis à Sa droite, vous le voyez assis aujourd’hui parce que vous vous sentez séparés, mais, un jour, Lui et vous serez UN, comme le Maître Jésus l’a réalisé, lorsqu’Il est monté vers son Père. C’est son Énergie individuelle qui est devenue l’Énergie Universelle du Père dans son chakra couronne, et de là, Il pouvait faire toutes les transformations nécessaires pour apporter le bien-être à autrui. Tout l’écoutait, tout était sous sa surveillance ; Il pouvait tout contrôler par son mental qui était devenu UN avec le Divin.

Maintenant, J’aimerais que vous quittiez cette forme de transcendance, dans laquelle vous vous êtes immergés, pour revenir graduellement dans votre esprit normal et dans votre conscience normale, mais illuminée par le chemin que vous venez de parcourir.

Je vais maintenant répondre à quelques-unes de vos questions.

Question : Bonjour Maître Hilarion, on a parlé beaucoup aujourd’hui de la conscience, cela m’amène à vous poser cette question : Est-ce que la vie comme telle est de la conscience ?

Hilarion : Tout est conscience ; s’il n’y avait pas de conscience dans vos cellules, il n’y aurait pas de vie. S’il n’y avait pas la conscience dans l’électron, il n’y aurait pas l’atome. Tout est conscience et la conscience est la Mère Divine, tout ce qui bouge est la Mère Divine, toute existence et potentiel est le Père.

Maintenant, c’est à vous de concilier les deux pour être en mesure de savoir ce qui se passe dans votre vie. Essayez de voir comment concocter votre conscience avec les deux aspects polarisés pour devenir UN, non séparé. Vous avez mis un genre féminin ou masculin sur tout ce qui existe dans votre monde, et vous avez aussi mis un genre sur tout ce qui existe dans la divinité, mais ceci n’est pas le cas. Vous avez séparé votre existence de l’existence de l’Absolu. En séparant cette existence, il est normal d’appeler votre présence sur Terre, Fils de l’homme. Lorsqu’il y a un fils, il doit y avoir obligatoirement un père et une mère. Alors, c’est de là qu’est créée la Mère Divine dans votre chakra de la base, troisième personne de la Trinité, alors qu’Elle a toujours été la première personne tout comme le Père.

Vous avez besoin de symboles, alors le temps vous a donné des symboles. Les animaux n’ont pas besoin de symboles, tout ce qu’ils ressentent, c’est l’existence. Ils n’ont pas à penser à demain, ils ne sont pas en mesure de le faire. Tout ce qu’ils peuvent se rappeler d’hier ce sont seulement les émotions et les sentiments qu’ils ont éprouvés. Autrement, les animaux sont inconditionnels plus que l’être humain, parce qu’ils n’ont pas la raison. L’être humain, qui a la raison, fait son chemin selon ses expériences, bonnes et mauvaises. Parfois, il se trompe de chemin, et en d’autres moments, il vit d’énormes difficultés mais, il a choisi ce chemin. Il y a des moyens pour revenir sur une route plus calme, plus reposante, et c’est avec l’exercice que nous avons fait dans la Lumière.

Est-ce que ceci répond à votre question ?

Oui, merci. Puisque le temps le permet, j’aimerais vous poser une deuxième question, d’un sujet complètement différent : l’exorcisme, est-ce que c’est une réalité ou seulement une croyance ? Merci.

Hilarion : Lorsqu’une personne a été un bourreau dans une autre vie et qu’elle revient dans celle-ci, toutes les âmes qui ont été conduites d’une façon démoniaque reviennent la hanter. Ce ne sont pas des accidents. Prenez par exemple une personne qui est responsable d’avoir tué des milliers et des milliers de personnes par rage, par vengeance, elle reviendra vivre avec ces âmes, c’est-à-dire avec des reflets d’âmes de ces milliers de personnes. Parce qu’elle n’aura pas suffisamment de temps pour vivre avec chaque âme qu’elle a lésée. Alors, elle aura une vie très difficile dans ce que vous appelez la possession.

Vous savez, vous êtes protégés par la bonté dont vous émanez et par votre aura. Plus vous êtes dans la Lumière, plus vous êtes protégés et nul être du bas astral ne pourra vous déranger.

Mais, lorsque vous rencontrez des gens dans le monde de la drogue, ils percent le voile. La protection qu’il y a entre les deux mondes n’existe pas, et ils deviennent possédés. Ce sont les possessions qui font qu’ils commettent des crimes odieux et atroces. Même s’ils ont pénétré ces mondes ne serait ce que pour un instant, ils peuvent faire un grand ravage, non seulement sur autrui, mais sur eux-mêmes.

Est-ce que ceci est clair pour vous ?

Oui, merci beaucoup.

Question : Bonjour Maître Hilarion, pouvez-vous nous parler de la relation entre notre âme et notre mental supérieur, celui que vous avez appelé le mental abstrait ?

Hilarion : Quelle est votre question ?

Je viens juste de la poser, je ne sais pas si la communication s’est établie.

Hilarion : Pour Moi, c’était une affirmation.

Ah bon, c’est pareil ?

Hilarion : Une affirmation est la réponse à une question.

O.k.

Hilarion : Reformulez votre question.

Vous nous avez déjà parlé du mental, celui qui avait deux niveaux : le mental inférieur et le mental supérieur. C’était dans votre exposé sur l’aspect Mana. Ma question est celle-ci : quelle est la relation entre notre âme et le mental supérieur ?

Hilarion : Votre âme est sujette au mental supérieur, votre âme est dans la Supraconscience. Le mental résiste à votre mort parce que c’est lui qui est votre psychisme. Il y a le mental inférieur qui répond aux caractéristiques humaines, dont vous avez le contrôle, mais vous avez le mental supérieur qui a les caractéristiques divines dont vous avez intérêt à prendre le contrôle.

Autrement dit, c’est apprendre à connaître votre âme. Pour vous, la flamme d’une chandelle et votre âme, c’est à peu près semblable, parce que vous n’en connaissez aucunement la définition. Mais, lorsque vous rentrerez dans la Lumière par l’exercice que Je vous ai proposé, vous allez peu à peu vous rapprocher de cette vibration qui vous est aujourd’hui peut-être interdite par vos rapports subjectifs, mais, lorsque vous serez dégagés de cette subjectivité, plus vous en serez dégagés, plus l’objectivité de votre âme vous apprendra à reformuler votre personnalité. Votre âme peut créer une galaxie toute entière en un instant, mais vous auriez aussi disparu en un instant à travers cette création.

Alors, tout se fait lentement, vous avez sûrement entendu parler des personnes qui jouent avec la Kundalini. Certains n’ont pas d’intérêt spirituel et jouent mécaniquement avec la Kundalini à travers, par exemple, des exercices comme le pranayama : les souffles rapides et consécutifs. Ils vont chercher énormément d’énergie qui ouvre la porte à cette voie de la Mère Divine qui monte dans le « Sushumna nadi », le méridien principal au centre de la colonne vertébrale. Elle brûle tout en passant parce que ces êtres sont médiocres ; ils ne sont pas prêts pour cette Ascension. C’est comme un avertissement de ne pas jouer avec le feu de la divinité.

Mais pour ceux qui ont un cheminement spirituel et qui recherchent l’Amour, la Mère divine les protège, elle ne monte pas dans le canal s’il est obstrué. Alors, c’est à vous de préparer ce chemin pour Elle. Elle a hâte d’aller voir le Père dans votre chakra couronne, et elle a hâte de vous prendre par la main en passant au niveau du coeur.

Est-ce que ceci répond à votre question ?

Oui, merci.

Question : Bonjour Maître Hilarion, vous nous avez dit que le Soleil, par son émission lumineuse, était dû à des Êtres de Lumière qui vivent très près de Dieu. L’astrophysique nous enseigne que les étoiles meurent, comme notre Soleil qui va devenir une géante rouge et à un moment donné disparaîtra. Alors, qu’est-ce qui va arriver aux habitants de notre planète Terre et à ceux du Soleil ?

Hilarion : Lorsque ceci arrivera, il n’y aura plus d’habitants sur la planète Terre, parce qu’elle sera elle-même devenue un Soleil, et vous serez peut-être un habitant psychique de cette Terre qui sera devenue un Soleil. Les cycles de création sont faits pour l’homme qui est imparfait, mais le jour où, dans votre galaxie, ou dans votre monde, peu importe la largeur de votre esprit où se trouvent ces limites, un jour vous ne serez plus des humains, vous serez des dieux qui manipulent des galaxies, qui font en sorte que l’Univers n’arrête jamais de tourner.

Vous savez, c’est comme le mouvement perpétuel, lorsqu’il y a quelque chose qui s’éteint une autre chose s’allume. Il y a un mouvement toujours constant dans la divinité parce qu’elle se renouvelle toujours ; elle est toujours jeune. Ceci est difficile à comprendre pour l’esprit humain, mais J’ai déjà dit que Dieu est Sanat Kumara, qui veut dire toujours jeune, toujours nouveau. Ainsi, le cycle ne se terminera pas à cause justement de ce mouvement perpétuel. Tout ce que vous voyez physiquement est comme un hologramme, tant qu’il y a de la lumière, vous voyez l’image, mais si vous éteignez la lumière sur le film holographique principal, il n’y aura plus de projection d’hologramme.

C’est la même chose, tant qu’il y aura de la Lumière dans la Création, il y aura toujours cet effet d’illusion. La seule réalité qui existe, c’est la Lumière, mais modulée justement pour créer le mouvement. La dualité crée le mouvement. S’il n’y avait pas de dualité sur la Terre, il n’y aurait pas de rotation de la Terre autour du Soleil. Arrêtez la dualité, autrement dit arrêtez l’attraction par la force de gravité et la répulsion par la force centrifuge, la Terre serait attirée par le Soleil ou elle serait perdue dans l’espace. Si elle était attirée par le Soleil deux mois suffiraient pour rentrer en collision avec le Soleil. Si vous étiez perdus dans l’espace ce serait le froid à moins 374 degrés Calvin, c’est très froid. Alors, tout casse, tout se détruit, rien ne résiste.

Est-ce que ceci répond un peu à votre question ?

Oui, c’est très intéressant. Merci.

La période de questions est maintenant terminée.

Vous savez, votre mental est responsable de la perception de votre vie actuelle. Qu’elle soit bonne ou mauvaise selon vos critères d’évaluation, elle est néanmoins une conception de votre esprit, de votre mental. Vous avez accepté d’être parmi ces gens qui sont autour de vous parce que votre mental a accepté de créer ce monde. Lorsque vous dormez ce monde n’existe plus, vous ne percevez plus votre monde, pourquoi ?

Parce que votre mental s’est arrêté. Dès que le mental repart le matin, il reconstruit ces mondes à cause de l’image, de l’archétype provoqué par vos préjugés et vos croyances. Tout ceci se fait en une fraction de seconde, mais lorsque vous planifiez de devenir une autre personne, vous changez tout simplement la cassette et vous vivez d’autres expériences. D’autres images vont se former sur votre écran et la vie sera totalement changée pour vous. Et pour provoquer ces changements, dans la prochaine rencontre, Je vais vous donner des outils. Des outils qui ne sont pas douloureux, qui sont simplement le travail du mental par le mental, parce que la conscience est responsable de tout ce qui existe pour vous et le mental en a concocté la recette.

Alors, si vous êtes décidés à transformer votre vie, d’une vie subjective à une vie objective, vous aurez des petits pas à faire pour arriver à comprendre premièrement le rôle du karma, parce que le karma aussi est temporaire. Tant qu’il y aura de l’amour conditionnel, il y aura le karma, s’il n’y avait pas le karma l’Univers s’autodétruirait.

Vous avez les familles, vous êtes mis dans une famille à cause de vos différends. Tout comme un aimant, vous collez un aimant positif à un autre aimant côté négatif, les aimants se collent immédiatement. De même, vous avez des différends dans vos familles et vous vous collez l’un à l’autre immédiatement, les contraires s’attirent. Si vous tournez les aimants pour que les deux pôles identiques s’alignent, ils s’éloignent. C’est la loi de l’attraction qui joue son rôle. Si vous n’avez pas de karma mutuel, vous ne vous approchez même pas. Il y a une répulsion et le jour où il y aura des répulsions pour toutes les incarnations, il y aura l’Amour Inconditionnel et la fin du karma.

Alors, réfléchissez sur les attractions que vous avez subies pour venir sur cette Terre dans l’état où vous êtes maintenant, dans l’état de subjectivité de votre conscience. Ceci sera très important pour les prochaines décennies, parce qu’il y aura beaucoup de changements autour de vous, non seulement des gens partiront et vous aurez des peines, mais vous aurez aussi des joies et ceci sera pour vous une libération.

Merci d’avoir été là et Je vous bénis en vous disant : « soyez Lumière, essayez de retrouver ce manteau qui vous appartient depuis très longtemps, mais que vous aviez oublié sous le boisseau de l’esprit.

Bénédiction à tous et à tous vos proches, Je suis Hilarion et Je vous dis ADONAÏ.

André : J’ai l’impression d’avoir été dans une capsule au centre de la Terre. J’espère que les questions ont trouvé réponses pour plusieurs, et surtout pour ceux et celles qui n’ont pas osé formuler leur question. Souvent, le Maître Hilarion répond subtilement à des questions pour que d’autres questions muettes reçoivent leur réponse.

J’espère que les feuilles de la première partie de la conférence vont vous aider à réfléchir et aussi à préparer le chemin pour la prochaine rencontre. Nous aurons des outils plus élaborés au fur et à mesure. Il nous a donné un exemple : utiliser notre mental pour voir la Lumière et la propager sur des personnes qui nous agressent afin de les voir, elles aussi, bénies parce qu’on dit que le jeu des miroirs n’est pas seulement pour les autres, mais aussi pour nous-même.

Parfois, nous disons que nous n’avons jamais fait de mal à une personne qui nous a agressé. Peut-être que nous l’avons agressée il y a trois ou quatre vies. Nous avons aussi vécus sur des planètes de monstres. J’ai eu l’occasion de rêver à l’une de ces planètes où les montres se mangeaient les uns les autres.

Il n’y avait pas d’être humain sur ces planètes. La planète était peuplée d’animaux préhistoriques, si on peut dire, et chacun survivait sur la chair de l’autre. Ils se mangeaient tous les uns les autres, c’est une situation atroce.

Ces monstres étaient comme des gloutons. J’ai rêvé aussi à d’autres mondes où il n’y avait que des êtres lumineux, entre autre dans le système de Sirius, là où il y a une planète qui n’est pas encore détectée par les astronomes actuels, la cinquième planète de l’étoile Sirius, sur laquelle vivent nos ancêtres.

Donc, ces êtres humains très évolués vivent près de quatre mille ans avec le même corps, et ils ne connaissent pas la maladie. S’ils sont nos ancêtres, ça veut dire que nous avons aussi leurs gènes. Donc, nous avons le germe de la perfection en nous, sauf que nous ne sommes pas dans un environnement sain.

De plus, tout ce qui vient de l’espace, l’étourderie militaire le voit comme une menace hostile de prime abord. Donc, les cousins ne viennent tout simplement pas pour se faire tirer dessus. J’ai déjà fait une conférence sur l’origine de l’humanité, et cette origine est très éloignée dans le passé. Ça fait très longtemps que l’humanité existe.

Dans notre entourage seulement, il y a au moins deux cent planètes qui sont habitées par des humains et qui vivent très très longtemps. Nous avons eu des exemples comme Anna, la grand-mère de Jésus qui a vécu plus de neuf cents ans. Seth, un des fils de Noé a vécu aussi longtemps. Ces gens étaient d’une génétique au-delà de la Terre, on pourrait même dire des extraterrestres.

Nous avons créé des bombes atomiques pour tuer les glandes endocrines dans notre corps par des radiations nocives venant de ces essais nucléaires, et c’est ce qui créé la maladie. Autrement, le corps est capable de subvenir à ses besoins la vie durant, et ce, pendant des milliers d’années. Si vous avez lu le livre de Neale Walsh, le livre qu’il a écrit sur Dieu, celui-ci lui aurait répondu à la question : « Le corps humain peut durer combien de temps ? » Dieu lui aurait répondu : « Indéfiniment si les conditions sont respectées. »

Donc, étant donné que nous avons fait exploser plus de deux cent cinquante bombes atomiques sur la Terre, confondant touts les pays, nous sommes à la merci des radiations nocives pour le reste de notre vie et peut-être pour des dizaines de générations. Ces essais se sont fait surtout sous la terre.

Nous sommes maintenant pris avec ces neutrons qui se promènent partout causant des radiations fatales et qui transforment nos glandes endocrines sensibles à la radiation en les dégénérant, tel le thymus qui, autrement, serait l’organe le plus important pour notre longévité.

Si le thymus de l’enfant naissant pouvait rester intact toute sa vie, il serait en mesure de guérir rapidement n’importe quelle maladie. Mais toutes nos glandes endocrines étant susceptibles d’être affectées par la lumière et par les radiations, elles dépérissent. C’est la raison pour laquelle nous vivons en moyenne entre 80 et 90 ans. Autrement, nous serions en mesure de survivre beaucoup plus longtemps.

Il y a encore un rayonnement radioactif résiduel sur la Terre depuis les explosions qu’il y a eu dans le désert de Gobi il y a 12 000 ans. Nous sommes toujours affectés par ces radiations résiduelles. Il y eut des guerres et tant qu’il y aura des humains, il y aura de l’hommerie. Les guerres dureront aussi longtemps que l’entêtement humain.

C’est là où nous en sommes actuellement. Nous allons essayer de projeter la Lumière de Paramatman ou du Soi à travers ces événements et les gens qui les causent. Donc, je vous souhaite une bonne cueillette de pommes pour ceux et celles qui vont aller aux pommes, et je vous dis à la prochaine. Merci d’avoir été là.

Transcription de l’enregistrement audio : Marie-Jeanne Runzer, Village-Neuf, France.

Vérification littéraire : Noëlla Roussel, St-Mathieu-de-Rioux, Québec, Canada.